Boucledor.net

Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

fleurs enki le chat

jeudi 22 avril 2010

Ca va mal, très mal.

Aujourd'hui, j'ai reçu trois liens alarmants sur la santé de notre terre et de la qualité de ce que l'on mange.

Le premier, de Brol, sur les conditions d'élevages des lapins en batterie. Je ne suis pas végétarienne, et je ne compte pas le devenir. Par contre j'essaye de faire attention à ce que j'achète, même si je ne suis pas parfaite, les trois quarts de ma viande et de mes produits laitiers sont soit bio, soit labellisés (rouge le plus souvent). Cela me semble très important d'essayer de faire en sorte que la bête qu'il y a dans mon assiette ait eu les meilleures conditions de vie possible. On mange d'office moins de viande, vu que c'est plus cher. On ne s'en porte pas plus mal.

Les deux autres, de mon père. Un sur l'avis d'anciens scientifiques sur la santé de la terre, et un autre sur les abeilles.

Alors, la solution, c’est les OGM, le clonage ? « Mais non, les OGM aussi ont besoin de pollinisation. La solution, c’est arrêter de déconner. Sinon, on va au-devant de graves problèmes »

lundi 23 février 2009

Partage

Mon papa me spamme de mails : des tonnes de power point divers et variés, des blagues, des vidéos marrantes ou sérieuses...
Je dois les lire car quand je l'ai au téléphone, il me dit "tu vas vu le reportage machin que je t'ai envoyé ?" "et la blague bidule était vraiment bonne". En fait je ne lis pas tout. Les vidéos et les diaporamas, je les ouvre mais je vais rarement au bout.

Aujourd'hui, je rattrape mon retard. Quelques 120 mails à décortiquer, juste de mon père.

Et voici ma sélection, après en avoir dépilé une soixantaine...

Une jolie histoire :

Un jour, l'âne d'un fermier est tombé dans un puits. L'animal gémissait pitoyablement pendant des heures,Et le fermier se demandait quoi faire. Finalement, il a décidé que l'animal était vieux et le puits devait disparaître de toute façon, ce n'était pas rentable pour lui de récupérer l'âne.
Il a invité tous ses voisins à venir et à l'aider. Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à enterrer le puits.
Au début, l'âne a réalisé ce qui se produisait et se mit à crier terriblement. Puis, à la stupéfaction de chacun, il s'est tu.
Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce qu'il a vu.
Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l'âne faisait quelque chose de stupéfiant. Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.
Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l'animal, il se secouait et montait dessus.
Bientôt, chacun a été stupéfié que l'âne soit hors du puits et se mit à trotter! La vie va essayer de  t'engloutir de toutes sortes d'ordures. Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer. Chacun de tes ennuis est une pierre qui permet de progresser. Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n'arrêtant jamais.. Il ne faut jamais abandonner ! Secoue-toi et fonce!
Rappelle-toi, les cinq règles simples à ne jamais oublier, surtout plus sombres.
1. Libère ton coeur de la haine.
2. Libère ton esprit des inquiétudes.
3. Vis simplement.
4. Donne plus.
5. Attends moins.

Ensuite, une vidéo sur un reportage qui a mal tourné sur une école coranique... Ou encore celle-ci sur la disparition des abeilles en Chine...

jeudi 23 août 2007

Ou va le monde ?

Il y a des tonnes de choses qui retournent les tripes de la sensible que je suis, surtout en matière d'écologie et de biodiversité. Mais quand vous lisez un article comme celui-ci, alors que votre père, apiculteur, n'a jamais cessé de répéter que le jour où l'abeille disparaitra, l'homme partira très peu de temps derrière, cela me laisse sans voix, les bras qui tombent. Presque envie de pleurer.

lundi 21 mai 2007

Imagier - Apiculture

cadre parfaitement operculé

déchets d'opercules

Mon papa est apiculteur. Ce n'est pas son métier, mais une passion, un peu comme le jardinage. Je suis issue d'une famille d'apiculteur, mon grand-père maternel et pas mal d'autres personnes des deux côtés de la famille l'étaient. Donc régulièrement, on fait du miel en famille. Mon père est au milieu des ruches, et ramène à ma mère et à moi des cadres pleins (de miel) et "fermés" (operculés), comme on le voit sur la première image. On distingue les hexagones des cellules contenant le miel, et elles sont toutes recouvertes d'une fine pellicule de cire, l'opercule. On enlève cette pelicule avec une sorte de grosse fourchette, et les déchets (que l'on voit sur la deuxième photo) sont récupérés afin de laisser couler le miel résiduel à travers une grille.

la force centrifuge de l'extracteur

miel coulant de l'extracteur

Une fois désoperculé, on place les cadres dans une centrifugeuse, où ils seront deux tours de manège, car il y a deux face à un cadre. Le miel est projeté sur les parois (photo 3) et coule par le bas où il est filtré pour éliminer un maximum de particules (essentiellement de la cire, mais y a quelques abeilles parfois...)

cellule vide de reine abeille

Et enfin une cellule de reine. Elles sont très facilement reconnaissables, car elles sont à part (sur les bords des cadres), de forme alongée légèrement conique. Les cellules des autres abeilles sont dans les mêmes espaces que les cellules à miel, sauf qu'elles n'ont pas la même opercule (plus bombée, plus épaisse, souvent plus foncée). Mais cette cellule reine que vous voyez, est assez rare, je crois que je n'en ai jamais vu : cette cellule a donné naissance à une reine, on le voit au petit "couvercle" en bas. La ruche se "fabrique" plusieurs reines au printemps, mais dès que la première est née, les abeilles tuent toutes les autres, en attaquant la cellule reine par le côté. Voilà, j'avais envie de vous faire un petit topo apiculture, j'espère que cela ne vous a pas trop ennuyé !